Aide et stimulation à domicile des malades d'Alzheimer et soutien de leurs Aidants
Contactez-nous au
01 47 28 75 21

Le lien entre benzodiazépine et maladie d'Alzheimer est confirmé

Vous pouvez consulter le résumé de l'étude sur le site du British Medical Journal : http://www.bmj.com/content/349/bmj.g5205
Celle-ci est en anglais.

Remarque: l'étude a été réalisée auprès d'un échantillon de québecois de 66 ans et plus, et non de français.

Ci-dessous, l'article du site sante-nutrition.org

Une étude française publiée dans la dernière édition du British Medical Journal le confirme : la prise régulière de benzodiazépines sur une période supérieure à 3 mois augmente fortement le risque de survenue de la maladie d'Alzheimer.

Qu'est-ce que les benzodiazépines ?

Les benzodiazépines sont une classe de médicaments psychotropes, c'est-à-dire qui agissent sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) en modifiant certains processus chimiques naturels (physiologiques), ce qui entraîne des modificiations de la conscience, de l'humeur, de la perception et du comportement.

Les benzodiazépines ont des propriétés anxiolytiques (contre l'anxiété), myorelaxantes (décontractant musculaire), hypnotiques (provoquant le sommeil), antiépiléptiques (contre l'épilepsie) et amnésiantes (provoquant des troubles de la mémoire).

Ils sont couramment utilisés dans le traitement de troubles tels que l'anxiété, les spasmes, l'insomnie, les convulsions, l'agitation ou lors d'un sevrage alcoolique.

En quoi l'usage prolongé des benzodiazépines est-il dangereux ?

On sait depuis de nombreuses années que la prise de benzodiazépines au-delà d'un mois entraîne une accoutumance (besoin d'augmenter les doses pour obtenir le même effet), une dépendance (difficulté voire impossibilité de se passer du produit), et que l'arrêt du traitement peut provoquer un syndrome de sevrage (réapparition des symptômes de façon plus marquée, risque de chute de tension artérielle, de délire psychotique, d'hallucintations, de convulsions, de malaises, ...)

L'étude menée par Sophie Billioti de Gage, chercheuse à l'Inserm, et son équipe, vient compléter ce tableau déjà sombre en démontrant que les benzodiazépines augmentnt considérablement le risque de développer la maladie d'Alzheimer.

La maladie d'Alzheimer, maladie neurodégénérative par excellence , touche près de 900 000 français.

L'étude de l'équipe de l'Inserm

Les travaux ont porté sur près de 9 000 personnes âgées de plus de 66 ans, qui ont été suivies pendant 6 à 10 ans.

Ils ont démontré que la prise quotidienne de psychotropes pendant plusieurs mois augmente le risque de développer une maladie neurodégénérative : 
une prise quotidienne pendant 3 à 6 mois augmente le risque de maladie d'Alzheimer de 30%
une prise quotidienne pendant plus de 6 mois augmente le risque d'Alzheimer de 60% à 80%.

Les français sont particulièrement concernés

La France détient le triste record de championne du monde en matière de consommation de psychotropes (en 2012, près de 12 millions de français en auraient pris au moins une fois).

Les benzodiazépines sont le plus souvent prescrits pour traiter le stress, l'anxiété et les troubles du sommeil : autant de symptômes qui peuvent être pris en charge par des solutions alternatives (phytothérapie, homéopathie, acupuncture, ...), sans oublier que le fait "d'éffacer" les symptômes ne résoud pas la question de la cause et que par conséquent, ces symptômes réapparaissent généralement à l'arrêt du traitement.

Ce phénomène entraîne alors une consommation prolongée au-delà des recommandations des autorités sanitaires, qui limitent à 12 semaines (3 mois environ) ce type de traitement : de nombreux patients prennent des psychotropes pendant des années.

Conclusion

Cette étude vient confirmer la dangerosité des psychotropes.

Il reste à souhaiter qu'elle sera un facteur déclenchant pour une remise en question de la prescription de ces médicaments qui agissent sur le cerveau :
en ne les proposant pas en première intention pour traiter un stress, une anxiété, une insomnie ...
en limitant strictement leur usage à une durée n'excédant pas 3 mois si le recours à de telles molécules est indispensable.
les patients, quant à eux, doivent être conscients des risques encourus avec de tels traitements pour s'orienter vers d'autres prises en charge (médecine alternative, psychothérapie ...)

Liste par ordre alphabétique des prinicipaux médicaments à base de benzodiazépines : 

A
Alprazolam générique / Anxyrex / Ativan

B
Bartul / Belseren / Bromazépam générique / Bromiden

C
Clobazam générique / Clonazépam générique / Clozan

D
Demetrin / Dialag / Diazépam générique / Dormicum

E
E-Pam / Euhypnos

F
Frisium

H
Halcion / Havlan / Hypnovel

I
Imeson

L
Lectopam / Levanxol / Lexomil / Lexotanil / Librax / Librium / Lorazépam générique / Loridem / Lysanxia

M
Megavix / Midazolam générique / Mogadon / Myolastan

N
Narcozep / Nitrazépam générique / Noctamide / Noctran / Nordaz / Normison / Novazam / Nuctalon

O
Oxazépam générique

P
Paceum / Panos / Planum / Prazépam générique / Psychopax

Q
Quietiline

R
Restoril / Rohypnol

S
Serax / Serenase / Seresta / Sigacalm / Stesolid

T
Témazépam générique / Temesta / Tétrazépam générique / Tranxène / Tranxilium / Triazolam générique

U
Urbanyl

V
Valium / Veratran / Versed / Vivol

X
Xanax

Source de l'article :